The sound chaser

Des pochettes de cds à chaque fois. Sans prétention aucune. Juste par coeur, la beauté ou l' étrangeté qui s'en dégage.

20 juin 2006

The flamings lips : The soft bulletin (1999)

flamingsl_vres

The Flamings lips : The soft Bulletin - Warner records (1999)

Allez, je m'enflamme dès le début mais ce disque le vaut largement et bien plus que mon amour et mon soutien sans bornes, sans doute...

Ce disque est le plus beau disque de l'année 1999.

Le plus beau, le plus inventif, le plus grand.
Et ce groupe est le seul de l'autre côté de l'Atlantique à peut-être tenir la dragée haute au quintette d'Oxford, les five horsemen dans le domaine de la chanson mi-rock, mi-pop semi mélancolique et terriblement humaine, mais au contraire de la bande à Yorke, on ne déprimera nullement en écoutant tout l'album des lèvres enflamées (la traduction du nom fabuleux du groupe), groupe existant depuis 1983, comme leurs comparses de Mercury Rev (ils ont le même producteur en commun et s'échangent même parfois leurs musiciens, c'est dire), et se renouvelant à chaque album.

Pour celui-ci, c'est une porte ouverte et jamais refermée dans le rêve qu'ils nous offrent en concassant la musique, l'étirant comme une pâte à modeler, la redessinant dans de sublimes contours.
Car nos compères ont bien compris que la musique est (et dois rester) en perpétuel changement, bouleversements; règle apprise et respectée à la lettre dans chaque piste où tout fourmille d'idées les plus folles et saugrenues. Ainsi on pourra s' étonner du petit bruit "crap-crap-crap" presque chuchoté sur "Feeling yourself disintegrate" (un titre typique à la Lips ça) qui forme son rythme mais aussi sa ligne mélodique tandis qu'on pourra sourir sur les (faux) criquets en fond sonore de "Sleeping on the roof" tout en étant subjugué par la gaiété mais aussi la gravité retenue se dégageant de chacune des pistes, soit par la musique, soit les paroles mais celà justement donne à la musique son cinémascope mélancolique dans une alchimie que n'aurait pas renié LE grand mélancolique et leader à lui tout seul d'un certain The divine Comedy...

....I accidently touch my head
and noticed that i had been bleeding
For how long, i didn't know.
What was this, i thought,
that struck me ??

Disque indispensable.

Posté par Nio Lynes à 19:33 - pop sucrée - Un commentaire a laisser ? [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Oh yeah!

    En tant que fan de "Radiohead", je suis interpelé...
    Je pense que je vais aller y jeter une oreille...
    C'est vraiment aussi expérimental, aussi créatif et aussi "progressif" que les sus-nommés?

    Posté par patchworkman, 02 juillet 2006 à 10:14
  • Expérimental ça dépend, mais créatif oui, quand même et les mélodies sont belles et largement moins déprimantes que celles du quintette d'Oxford (oui je sais, Amnésiac m'a gonflé...), sinon ça n'a que peu de rapport avec Radiotête, sinon que c'est bien et beau.
    Bref à écouter !

    Posté par Nouilles, 02 juillet 2006 à 20:42

Poster un commentaire