The sound chaser

Des pochettes de cds à chaque fois. Sans prétention aucune. Juste par coeur, la beauté ou l' étrangeté qui s'en dégage.

01 février 2009

Tangerine Dream : Atem

atemun

Tangerine Dream : Atem (1973)

On peut considérer ce disque comme un disque de transition entre la période chaotique des débuts ("Electronic meditation" --qui n'a de méditation que le nom parce que sinon c'est bourrinage à fond--, "Alpha Centauri", "Zeit" et ce "Atem") et la seconde période (plus planante --nos teutons sont des fans d'un certain Pink Floyd, ce qui ne les empêche pas de rester à leurs clavier et de faire leur zik dans leur coin sans tenter de copier ou faire dans l'hommage pompeux) qui s'ouvre au groupe dès lors qu'il signe chez Virgin en 1974 avec "Phaedra". Pourtant, on peut aussi dire que c'est un album à part entière.

Un album qui s'avère parfois à la limite de l'inécoutable et ce, dès la première piste. N'allons pas par quatre chemins, à l'instar de sa pochette étrange dont on ne sait pas si on doit la trouver belle ou inquiétante (je sais pas vous mais ce gosse me fout un peu les jetons), le disque s'ouvre sur une pièce d'une vingtaine de minutes, Atem qui noit des sonorités sous des percussions qui roulent sans fin. Une sorte de magma sonore confus qui se terminera dans une ambiance quasi lugubre où un vent sidéral obtenu par le synthé semble planer jusqu'a la fin. Aime-t'on Atem ? Je ne sais pas. En tout cas, ça demande dès le début une sacré dose de courage pour continuer jusqu'à la fin. La suite ne fait que le confirmer. Fauni-gena nous assène des bruits de jungle étrange avec toujours ces notes atmosphériques qui font froid dans le dos. Quand à Wahn, avec ses rires et ses voix étranges, c'est limite si on ne demande pas si on est tombé dans une tribu de cannibales. Un morceau étrange presque quasiment composé que de voix, aussi radical que les autres pistes. Et aussi à la limite de l'inécoutable.

Bref, c'est un album qui s'écoute comme une épreuve de force où l'auditeur est constamment vaincu, terrassé. J'avoue que contrairement à leurs oeuvres qui vont suivre, encore pas très commerciales (du moins en comparaison avec les albums de la fin 80's), je ne l'écoute pas toujours. Heuresement la suite sera bien plus mélodique et carrément géniale, ne le cachons pas.

Remarquez, si vous voulez faire peur à un ami, enfermez le dans une pièce avec le disque qui tourne très fort. Là, oui, vous obtenez un résultat qui surpasse les pires tortures infligées à Guantanamo. agnaaa


Posté par Nio Lynes à 12:07 - Chaos torturé - Un commentaire a laisser ? [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire