The sound chaser

Des pochettes de cds à chaque fois. Sans prétention aucune. Juste par coeur, la beauté ou l' étrangeté qui s'en dégage.

17 février 2009

David Bowie : Black tie white noise

daviiiiidbowieb

David Bowie : Black tie white noise - (EMI - 1993)

Pour beaucoup, le grand retour de Bowie s'effectuerait en 1995 avec l'impressionnant "Outside" qui en marquera plus d'un ("the heart filthy lessons" en générique de fin de Se7en (David Fincher), "I'm deranged" en ouverture et fermeture de Lost Highway (David Lynch)...). C'est oublier trop vite cet album aux nombreuses pépites qui dévoile qu'en 1993, le grand Bowie est bel et bien de retour.

Autant dans l'artwork et la présentation que l'aspect musical, tout se présente comme soigné et distingué de bout en bout qu'on ne peut qu'être admiratif. La pochette est signée Nick Knight et les photos du livret ont été prises par Peter Gabriel himself (on regrettera qu'il n'y ait pas eu de collaboration musicale entre les deux grands par contre). 2 des 3 clips seront signés Mark Romanek. Quand au panel de musicien, on y trouve aussi bien Lester Bowie (aucun lien de parenté au passage) du Art Ensemble of Chicago en tant que prestigieux trompettiste, Mick Garson au piano et Nile Rogers ("le freak c'est chic", c'est lui) à la production. Le bonhomme officiait déjà en tant que producteur du ultra-vendu "Let's Dance" qui signait le début d'une longue déchéance créative du Thin White Duke. Ici c'est l'inverse et l'on peut voir cette nouvelle collaboration comme d'agréables et enchanteurs nouveaux augures.

Ce qui surprend dans ce nouvel album, outre sa tonalité pop-jazz-world parfois d'un aspect dance déroutant (l'instrumental "Pallas Athena" mélancoliquement énergique --non ce n'est pas paradoxal...), c'est sa fraîcheur. On a connu le bonhomme plus sombre et déprimé, or là, tout respire un certain bonheur. Le mariage de Bowie avec le top-model Iman l'année précedente doit y être pour quelque chose assurément. Chacune des musiques devient donc irrésistible, même quand elle arbore un contexte sombre ("Jump they say" évoque par exemple le suicide de Terry Bowie, le frère du chanteur), ce qui rajoute un certain charme à ce disque qu'on peut plus ou moins qualifier de novateur.

En 1993, notre Ziggy était de retour pour un bon moment...


Posté par Nio Lynes à 15:53 - Un commentaire a laisser ? [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Oui, on en parle peu de celui-ci mais je l'aime beaucoup. Je prends plaisir à l'écouter dans des moments un peu spéciaux. Comme maintenant, tiens, je vais me le passer Black Tie, White Noise!

    Posté par An', 08 septembre 2009 à 09:30

Poster un commentaire